GeSi N°78 – Décembre 2011

Actes du colloque d’Angoulême

 Lien vers la revue Pdf

Éditorial

Soyez les bienvenus à l’IUT de Haguenau !

C’est bien entendu sur ces mots que démarre la 39® édition du colloque pédagogique GEII. Car pour l’équipe du GEII, et pour l’ensemble de l’IUT de Haguenau, l’aventure a déjà commencé. En fait, elle a commencé au retour d’Angoulême en juin dernier et peut-être, très certainement même, bien avant. D’aucun se souviendront sans doute d’un certain retour quelque peu animé de Saint-Malo après la soirée de gala que nous avait proposée l’équipe de Rennes en 2010…

Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à nos cigognes. Impossible de parler du département GEII de ‘IUT de Haguenau sans faire un peu d’histoire. Composante délocalisée de l’Université de Strasbourg, le bâtiment historique de l’IUT de Haguenau occupe une position de choix au centre de la ville de Haguenau, deuxième agglomération du Bas Rhin, ville de Barberousse fondée vers 1115. Ce bâtiment a toujours été un lieu d’accueil de public. Toutefois, la nature de ce public a substantiellement évoluée puisqu’ avant d’être un établissement universitaire, le lieu était une… prison ! Une prison pour femmes de surcroît… Certains étudiants Geii taquins risqueront sans doute un roublard « ça n’a pas changé ! » quand ils transpirent sur la programmation de la dernière génération de PIC, via Simulink, destiné à piloter une commande de hacheur ou lorsqu’ils sont en train d’en découdre avec une « pelote » de réseau industriel qui refuse obstinément de dialoguer avec leur système de supervision.

En fait, de manière beaucoup plus pragmatique, dans les années 90 le corps politique a vu dans la ville de Haguenau et dans le secteur nord de l’Alsace, riche d’un tapis industriel conséquent et jouissant d’une situation géographique exceptionnelle avec la proximité de l’Allemagne, une potentielle source de développement socio-économique qui se devait d’être exploitée. En effet, cette région comporte de nombreux groupes de renom tels que SEW USOCOME, Siemens, INA-Schaeffler, DeDietrich, Lohr Industries, Mars Masterfood, … ainsi qu’un important vivier de lycées et donc de futurs bacheliers… Aussi, dans le cadre de la politique d’aménagement du territoire, l’intérieur de l’ancienne prison alors à  l’abandon a-t-il été transformé, modelé, aménagé, agencé. Et c’est ainsi qu’un IUT flambant neuf a accueilli sa première promotion en 1996.

D’abord antenne haguenauvienne de ‘IUT Louis Pasteur de Schiltigheim (agglomération de Strasbourg), MUT de Haguenau comportait un seul département : le GEII ! Pendant qu’à l’intérieur, dans une fausse tranquillité, mais avec une réelle énergie, les premiers étudiants accédaient aux secrets de la technologie, à l’extérieur, avec force grues, pelleteuses, marteaux-piqueurs et poussière, un nouveau bâtiment ultra-moderne se hissait et tissait une passerelle harmonieuse avec le bâtiment historique. Ces nouveaux locaux allaient entre autre servir d’écrin aux équipements lourds du département GEII et permettaient ainsi de faire « une petite place » pour accueillir le département SRC, en 1999. Avec l’achèvement de cette nouvelle aile, justement, l’antenne de Haguenau allait alors pouvoir voler de ses propres ailes pour devenir officiellement L’IUT de Haguenau, composante de plein exercice depuis 2003. Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! En 2005, l’IUT s’est étoffé d’un troisième département, le QLIO, accompagné d’une nouvelle et troisième tranche de bâtiments. Et c’était reparti pour les casques de chantier, le bruit et la poussière….

Aujourd’hui enfin, les grues ont quitté le site et les cigognes ont retrouvé leur quiétude. L’IUT de Haguenau a désormais atteint son régime de croisière avec sept formations. Il s’agit en l’occurrence des trois DUT (GEII, SRC, QLIO) et de quatre licences professionnelles dont la LP SERI (Systèmes Électriques et Réseaux Industriels) rattachée au département GEII. En tout, ce sont près de 400 étudiants qui fréquentent quotidiennement l’IUT.

Pour les former et les accompagner dans leurs études, démarches administratives, professionnalisation, le personnel est composé de 46 permanents (enseignants-chercheurs, enseignants, personnel technique et administratif )et de plus de cent intervenants extérieurs (enseignants et représentants du milieu professionnel). Tout ce beau monde assure « en toutes saisons » le fonctionnement de la structure avec à sa tête, le professeur Francis Braun, son directeur. Ce capitaine aux cheveux gris a porté l’IUT sur les fonts baptismaux. Fidèle au poste depuis l’origine du projet, d’abord en tant que chargé de mission, directeur d’antenne et 1er Chef du département GEll, puis en tant que directeur de composante de plein exercice, il tient avec une main de fer gantée de velours la barre de ce navire, parfois contre vents et marées, et même si Haguenau est loin de la mer..!

Et le GEll dans tout ça ? Nous y arrivons ! C’est donc le plus « Vieux » département de l’IUT de Haguenau. Le département GEll, ce sont plus de 120 étudiants répartis sur la première et la deuxième année de formation au DUT (un peu moins d’une centaine) ainsi qu’en LP SERI (une grosse vingtaine), une équipe pédagogique de 11 permanents (1 Gestionnaire de Département, 5 Enseignants-Chercheurs et 5 PRAG) et une quarantaine d’intervenants extérieurs.

De quel bois se compose cette équipe pédagogique ?

Qu’ils soient alsaciens d’origine ou d’adoption, qu’ils viennent des rives du Rhin, des forêts des Vosges ou des plages du lointain océan Atlantique, les protagonistes du GEII de Haguenau sont tous faits du bois dans lequel on fabrique les meilleurs navires ! Robustes, aux caractères bien trempés et dynamiques ! Et du dynamisme, il en faut, petite équipe oblige. Tout le monde s’affaire pour transmettre avec passion son savoir-faire, y compris dans les moments de convivialité !

D’ailleurs, il arrive des fois que les lumières du GEII restent allumées jusque tard dans la nuit. Et si d’aventure on  approche une narine un peu plus attentive on peut alors constater que des effluvent de tarte flambée (« Flammekueche » pour les initiés ) ou de foie gras poêlé s’échappent des murs… Aux curieux on répondra sans ciller qu’il s’agit des dernières mises au point dune maquette de résistance chauffante ou d’un test d’efficacité de l’alarme incendie…

A propos de spécialités !

Mis à part les spécialités gastronomiques, comme tous les départements GElI de France et de Navarre, Haguenau ne déroge pas à la règle des spécialités technologiques. L’adaptation locale se décline en deux parcours, l’un orienté vers l’électrotechnique et l’électronique de puissance, l’autre orienté vers les réseaux locaux industriels. Côté équipement, du fait de la relative jeunesse de la structure, les équipements du département sont récents, voire même très récents. Le matériel pédagogique est souvent à la pointe de la technologie grâce aux mesures de « premiers investissements » récentes mais également grâce à des dons (moteurs, réducteurs, capteurs) d’entreprises locales (SEW USOCOME, Siemens,…). La formule de formation par alternance de la LP SERI permet également de réaliser des opérations d’investissement intéressantes par le biais du CFAU. *

Dans le domaine des réseaux locaux industriels, le département dispose de quasiment tout ce qui peut se faire en la matière : bus CAN, Profibus, Modbus, AS-I, Ethernet industriel, etc. Les projets développés avec ce matériel portent sur diverses applications industrielles. En particulier des bancs de développement et de mise en œuvre de systèmes de supervision par écran tactile ont été réalisés.

Dans le domaine de l’électrotechnique et de l’électronique de puissance te département dispose de maquettes didactiques pour la commande de hacheurs, la commande de variateurs de vitesse, la commande d’onduleurs, ainsi que des moteurs à course linéaire, des systèmes à réducteurs, etc. Nombre de ces maquettes ont été développées et réalisées dans le cadre de projets d’étudiants et sont aujourd’hui utilisées pendant les séances de travaux pratiques.

Le département met également, et de plus en plus, l’accent sur les systèmes de production d’énergies renouvelables. Les récents investissements dans ce secteur sont d’une part des génératrices éoliennes équipées de rotors bobinés et d’autre part une centrale photovoltaïque.  Cette centrale orne le toit du nouveau bâtiment. Elle est composée d’un jeu de panneaux fixes et d’un jeu de panneaux orientables pour une puissance totale de 10 kWc. L’installation, actuellement en phase de finalisation, permettra à terme de mettre en place des travaux pratiques et projets, particulièrement autour de la commande de hacheurs, la supervision de distribution d’électricité, l’initiation aux « smart-grids » ou encore à l’asservissement des panneaux motorisés par « tracking » de la luminosité. Dans ce cas, les panneaux suivent la trajectoire du soleil car oui ! Il y a du soleil en Alsace… D’un point de vue financier, la réalisation de cette centrale a été rendue possible grâce à l’aide de la Région Alsace qui a contribué à hauteur de deux tiers du montant de l’opération pour un coût total proche de 100 k€.

Une spécificité : la Formation Trinationale

Cette aide de la Région Alsace s’inscrit dans le cadre d’une spécificité du département Gel de Haguenau. En effet, en vertu de sa situation géographique, région frontalière avec l’Allemagne et la Suisse, le département a développé une formation conjointe avec ces deux voisins et amis : la Formation Trinationale. Elle permet à des étudiants provenant de France, d’Allemagne et de Suisse d’effectuer un cursus de trois ans et demi dans ces trois pays. La première année s’effectue a Haguenau, la deuxième année à la Hochschule d’Offenburg en Allemagne et la troisième année à la Haute École ARC Ingénierie de Saint-Imier en Suisse francophone (dans la région de Neuchâtel). À l’issue de la deuxième année, les étudiants valident le DUT. En fin de troisième année, ils sont titulaires à la fois de la LP SERI et du Bachelor of Sciences de l’école ARC. Et le demi ? C’est un ultime semestre, qui consiste en fait en un stage, demandé par la Hochschule d’Offenburg pour valider le Bachelor of Engineering. Au final, les étudiants issus de ce parcours sont titulaires de quatre diplômes qui leur donnent une très forte valeur marchande sur le marché de l’emploi européen et international en général.

Outre les conditions d’admission classiques, les étudiants sont soumis à des tests de maîtrise parfaite de la langue allemande pour les français et les suisses et française pour les allemands.

Qu’ils aient suivi la Formation Trinationale ou le parcours initial classique, tous les étudiants diplômés de l’IUT de Haguenau trouvent aisément chaussures à leurs pieds dans la vie active, en France ou à l’étranger (notamment les « Trinats »). Très recherchés et appréciés dans le bassin d’entreprises locales et bien au-delà, leur taux d’insertion professionnelle est quasiment de 100% dans les 3 ans après l’obtention du DUT. Beaucoup poursuivent leurs études, soit en LP (notamment en LP SERI, dont 95% en alternance avec souvent un CDI à la clé D, soit en cycle long (master, grandes écoles). Et la recherche ? Tous les enseignants-chercheurs du département GEII ont une activité de recherche soutenue. Et pourtant il n’y a pas (pour l’instant ?!) de laboratoire dans les locaux de l’IUT.

En fait, pour mener à bien leurs missions de recherche, les enseignants-chercheurs sont tous rattachés à des laboratoires strasbourgeois (LSHIT et InESS). Les domaines qu’ils abordent sont soit l’informatique (au LSHT), sur des thématiques en lien avec l’imagerie médicale, soit la micro et la nanoélectronique (à l’InESS) et plus particulièrement l’instrumentation intégrée, sur des thématiques en lien avec des applications médicales (IRM) ou industrielles. Pour conclure Toute l’équipe du GEII de Haguenau, et avec elle l’ensemble de l’IUT, est fière et se réjouit d’accueillir la 39ème édition de cet événement national. Soyez assuré que tout est mis en œuvre pour vous réserver un colloque dans la digne lignée des éditions précédentes. Et pour conclure en alsacien : Hoplà !

Par Vincent Frick,
Chef du Département GEII Haguenau

 

 

_________________

SOMMAIRE

 

 

AUTOUR DU COLLOQUE D’ANGOULÊME

  • Commission 1 : Les nouveaux apprenants .
  • Commission 2 : Réforme des BACS et adaptation des DUT aux nouvelles compétences des Bacheliers………….14
  • Commission 3 : Initiatives pédagogiques, modules complémentaires, projets pédagogiques ..17

 

SCIENCES ET TECHNOLOGIES ……….21-26

  • Initiation à la supervision dans le cadre de la Deuxième Année du DUT GEIL
  • Utilisation d’une architecture logicielle dans le cadre d’une mise en place d’une solution multi-clients via un serveur OPC

 

VIE DES DÉPARTEMENTS . . . . . .31-34

 

  • Motiver les étudiants : un projet innovant, une équipe
  • Relations internationales à l’iUT de Lille :  étudier à l’IUT, c’est l’opportunité d’étudier à l’étranger
  • La gestion des stages

VIENT DE PARAITRE   . . . . . . .33-36

  • La théorie du Tout, par Pierre-Alain Bernard
  • Concours de BD : les lauréats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *