GeSi N° 34 – Juin 1992

Lien vers la revue Pdf

Éditorial

Génie Électrique et Informatique Industrielle : DE RAISON A PASSION

Le « jeton » qu’a bien voulu me transmettre Francis LEPAGE après le colloque de Nancy n’est peut être pas un « jeton » empoisonné, mais en tout état de cause il ne laisse pas indifférent le département GEII de Brest.

Certes, je m’y attendais car cela faisait quelque temps que j’observais certaines velléités à vouloir venir observer la Pointe de la Bretagne Le résultat du vote, fort « démocratique » d’ailleurs, à la fin d’un repas de gala joyeux et animé, n’a fait que conforter cette impression mais a aussitôt généré une certaine anxiété car le thème de ce futur colloque n’était pas choisi. Mais après tout j’avais toutes les vacances pour y réfléchir et exposer à la docte assemblée des Chefs de département les résultats de cette cogitation.

Ma décision a, en fait, été vite prise car elle répondait à deux soucis essentiels :

– d’abord montrer notre département de Brest, car à ma connaissance, c’est la première fois depuis l’existence de nos départements que nous pourrons accueillir nos collègues des « territoires d’Outre-Bretagne », et donc de montrer notre savoir-faire,

– « réhabiliter » une discipline que j’estime injustement négligée par une grosse majorité Génie Électrique. – « Faire de l’électrotechnique, c’est d’un rétro… ! ». C’est tellement plus noble de taper sur un clavier, n’est-il pas ?

Peut-être cette réflexion ne plaira-t-elle pas à tout le monde. C’est vrai, je suis provocateur et je prie les vénérables lecteurs de GeSi de m’en excuser – Mais je voudrais aussi rappeler une phrase de Hubert CURIEN dont la compétence scientifique n’est pas à mettre en doute, prononcée en 1987, lors du Colloque « Avenir du Génie Électrique » : « En science comme en technologie, il n’y a pas de sujets qui soient vieux par eux-mêmes. Seules peuvent être vieilles les manières de les traiter ».

Nous sommes tous des enseignants de Génie Électrique, nous formons des D.U.T. qui ont une très forte coloration Génie Électrique – Celui-ci a subi une profonde mutation depuis quelques années, il fait de plus en plus appel aux techniques informatiques. Mais inversement le technicien qui devra piloter depuis son ordinateur ces « périphériques lourds » que sont les actionneurs de puissance devra en connaître les fondements.

L’un ne va pas sans l’autre et ce qui a été un mariage de raison entre le Génie Électrique et l’Informatique Industrielle est devenu aujourd’hui une union harmonieuse.

Alors peut-être est-il nécessaire de revoir notre copie dans ce domaine : cela passe certainement par une modification de notre état d’esprit actuel, par un dépoussiérage de notre enseignement ; la discussion est ouverte et nous vous proposons de confronter toutes nos idées lors du colloque des 4, 5 et 6 juin prochains, qui sera du tonnerre n’en doutons pas !

Michel VILLAIN, Chef du département GEII de Brest

______________________________

Sommaire

  • L’électronique de puissance nouvelle est arrivée
  • Une expérience de remise à niveau en Anglais
  •  Bordeaux : un TP d’électronique analogique
  • R 2ème année : une expérience nancéenne
  • Le cas pluridisciplinaire au service de la formation de l’ingénieur en productique
  • Vient de paraître

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.